Conseils pour réduire les coûts de marketing de contenu

Bienvenue à une autre année de plus de contenu, plus de discours de voyage de l’acheteur, et plus d’expérience client – tout dépend du contenu convaincant et informatif. Il semble que toutes les industries et tous les créneaux sont en train de publier quelques-uns de ces articles qui décrivent les tendances, les enjeux et les solutions en matière de marketing de contenu. Cette surabondance de contenu n’est pas exclusive au marketing de contenu en tant que sujet. Le monde entier publie du contenu à un rythme fébrile.

Malheureusement pour les spécialistes du marketing, plus nous créons de contenu, plus il s’agit d’un travail de conservation – création, publication, audit, rafraîchissement, archivage, etc. En plus de cela, avec tout ce nouveau contenu, il y a encore plus de pression pour prouver qu’il génère un fort retour sur investissement. Plus de contenu = plus de frais généraux = plus de ressources = plus de dépenses.

Voir aussi >> Comment interagissons-nous avec les emails en 2018 ?

Ainsi, sachant que vous aurez besoin de plus de contenu pour soutenir vos programmes de ventes et de marketing, comment pouvez-vous dépenser moins, tout en offrant un contenu convaincant qui trouvera un écho auprès de vos prospects ? Ce n’est pas un problème complexe si l’on suit quatre règles simples :

  1. Auditer régulièrement (au minimum tous les 3 mois) le contenu et les communications de votre entreprise sur toutes vos plateformes afin de maximiser les opportunités de réutilisation. Dans le cadre de ce processus, le contenu doit être catégorisé (thème, public, étape du parcours de l’acheteur et date de publication) et surveillé (nombre de téléchargements, cote de qualité et évaluation de la pertinence). Si le contenu est sous-performant, peut-il être corrigé ? Ou faut-il l’archiver ? Pour les plus performants, peut-elle être réaffectée à un nouveau public ?
  2. Planifier et créer (être stratégique) un calendrier global de production de contenu avec des lignes directrices strictes. Réutiliser d’abord le contenu, en ne créant du nouveau contenu que lorsque c’est nécessaire, mais conçu pour être réutilisé dès le départ. Ne jamais accorder moins d’importance à la qualité. Archivez le contenu qui ne fonctionne pas rapidement. Et transformer toutes les communications en contenu s’il éduque.
  3. Créez du contenu personnalisable en élaborant des modèles et des lignes directrices à l’intention des partenaires. Aider les partenaires de distribution à contextualiser le contenu déjà créé tout en incorporant leur propre style unique, leur marque et leurs propositions de valeur – en maximisant la création de contenu par le spécialiste du marketing B2B et en permettant à l’équipe marketing d’un partenaire de personnaliser efficacement, en économisant du temps et de l’argent.
  4. Mesurer la valeur du contenu. Les leaders en marketing doivent démontrer la valeur des programmes d’inbound marketing, mais beaucoup ne savent pas par où commencer. Utilisez le processus détaillé dans la section  » 3 étapes pour mesurer la valeur du marketing de contenu  » (abonnement Gartner requis) pour mesurer votre programme de marketing de contenu et établir la valeur qu’il apporte à votre entreprise.

Mais attention, plus de contenu n’est pas toujours bon. Non seulement cela créera des frais généraux supplémentaires et des coûts de conservation, mais de plus en plus de contenu sur le même sujet peut réduire les taux d’engagement. BuzzSumo a récemment publié une analyse intéressante qui montre que les niveaux d’engagement diminuent à mesure que les niveaux de contenu augmentent.

Voir aussi >> Comment faire en sorte que votre équipe de contenu accomplisse plus de tâches en même temps

Enfin, au cours de l’année 2018, assurez-vous que votre équipe dispose d’une stratégie documentée. Selon le récent sondage de CoSchedule, « les spécialistes du marketing qui documentent la stratégie sont 538% plus susceptibles de rapporter le succès que ceux qui ne le font pas. Si vous êtes à la recherche d’idées et de conseils, consultez la rubrique  » Utilisation de données quantitatives pour informer la stratégie et la création de contenu  » (abonnement Gartner requis).

Le contenu continuera d’être une priorité pour les spécialistes du marketing. Susciter l’intérêt et susciter l’engagement sera essentiel à l’obtention de résultats commerciaux réels. En suivant le rythme de la demande de contenu de haute qualité et de la concurrence continue, on promet d’avoir des leaders en marketing responsables de l’équilibre des ressources, des budgets et de la demande de contenu très occupés.

LIRE AUSSI

Comment faire en sorte que votre équipe de contenu accomplisse plus de tâches en même temps

Depuis plusieurs mois, notre entreprise améliore son processus de planification afin de le rendre aussi pratique et efficace que possible.

Tout d’abord, nous avions un calendrier éditorial, et tous les rédacteurs ne travaillaient que selon le calendrier et les plans hebdomadaires.

Ensuite, nous avons introduit des plans quotidiens avec des directives strictes sur le nombre de mots écrits chaque jour. Nous avons par la suite annulé ces plans pour cause d’inefficacité, pour des raisons dont nous discuterons plus en détail sous peu.

Après beaucoup de souffrances et de leçons apprises, nous en sommes arrivés à une réalisation importante : peu importe comment vous travaillez avec le contenu, vous devez prendre la planification quotidienne au sérieux.

Dans cet article, nous décrivons comment un processus approprié de planification quotidienne peut amener vos rédacteurs de contenu à créer au moins six articles à part entière par mois et à effectuer rapidement des révisions.
Comment la planification quotidienne peut rendre votre département de contenu plus productif

Il y a deux conséquences positives tangibles d’une bonne planification quotidienne.

1. Les rédacteurs de votre entreprise auront le sentiment que vous prenez le contrôle et prendront les délais au sérieux.

Chacun de vos rédacteurs aura un plan quotidien et sera obligé de rendre compte des progrès le lendemain.

Il est difficile de jongler quand on sait que le reportage est inévitable.

2. Les rédacteurs de votre entreprise ne procrastineront jamais parce que tout le monde peut voir quand une tâche est à l’arrêt.

Dans notre travail, nous avons réussi à éliminer presque complètement les situations où les tâches s’arrêtent de progresser.

Tout cela grâce à la règle selon laquelle si une tâche n’est pas terminée pendant deux jours, le reste de l’équipe aide le rédacteur. Cela permet d’identifier et de résoudre rapidement les problèmes et de s’assurer qu’aucune tâche n’est inactive pendant plus de deux jours.

Nous avions l’habitude d’avoir des situations où les tâches étaient bloquées à un certain stade pendant trop longtemps. (Vous pouvez lire ici les étapes de notre processus de création de contenu.

Pour cette raison, des plans hebdomadaires entiers pouvaient s’embrouiller, de sorte que l’équipe a dû trouver des mesures pour aider à minimiser de telles situations. Nous avons décidé que deux jours seraient suffisants pour identifier un écrivain ayant des difficultés.

Voir aussi >>  60 Lignes d’objet d’emails les plus efficaces pour la fête des pères

Cette règle ressemble aux principes de la production allégée.

En bref, il s’agit d’un système de fabrication axé sur la minimisation des déchets provenant du Japon.

L’un de ses principes les plus importants est de résoudre rapidement les problèmes qui surgissent dans le processus de travail, et l’objectif de notre système de planification quotidienne est à peu près le même.

Discutons maintenant de ce qu’il faut faire exactement pour que le processus de planification fonctionne comme il se doit.

Vous êtes une entreprise B2B et vous souhaitez trouver plus de client ? Nous vous conseillons vivement d’utiliser cette agence de prospection commerciale.

Comment construire le processus de planification quotidienne

Dois-je simplement créer un plan quotidien pour mon département de contenu et c’est tout ?

Non. Il est important de créer des plans hebdomadaires basés sur un plan mensuel et de faire des plans quotidiens qui contiennent les tâches des plans hebdomadaires.

Nous avons réalisé l’importance de lier les plans après que notre entreprise a fait une erreur l’année dernière.

Nous avons calculé que si nos écrivains travaillent cinq jours par semaine, alors dans un mois, ils devraient être capables de produire 14 000 mots. Sur la base de notre norme de 1 500 mots par article, nous avons conclu qu’il s’agirait de neuf articles par personne.

Ensuite, nous avons mis en œuvre des plans quotidiens à 700 mots par jour, en nous attendant à recevoir neuf articles de chaque écrivain par mois.

Au début, tout semblait fonctionner : les écrivains répondaient aux attentes quotidiennes en termes de nombre de mots. Mais à la fin du mois, nous n’avions même pas reçu cinq articles de chaque auteur.

Voir aussi >> Comment interagissons-nous avec les emails en 2018?

Pourquoi cela s’est-il produit ? Nous nous sommes rendu compte que notre erreur était précisément l’absence de lien entre les plans. Un plan quotidien ne peut exister seul. Le plan quotidien n’est assujetti qu’au plan hebdomadaire, qui à son tour est assujetti au plan mensuel.

Il est nécessaire de créer d’abord un plan mensuel, puis d’y lier votre plan quotidien (et non l’inverse). De cette façon, tout fonctionnera : plan de contenu mensuel à plan de contenu hebdomadaire à plan de contenu hebdomadaire à plans quotidiens pour chaque auteur.

Solutions :

Demandez à votre rédacteur en chef de créer un plan de contenu mensuel, un plan de contenu hebdomadaire, puis des plans quotidiens pour chaque rédacteur de contenu.

Si vous n’avez pas d’éditeur, confiez tout le travail de planification à vos spécialistes du marketing de contenu, ou faites-le vous-même.

Combien de tâches doivent être accomplies quotidiennement par chaque rédacteur ?

Votre éditeur devrait calculer combien de temps il faut pour accomplir une tâche et décider combien de temps doit être alloué en fonction de la durée de la journée de travail de chaque spécialiste.

Au début, votre rédacteur en chef surestimera probablement les pouvoirs de vos rédacteurs et estimera moins de temps qu’il n’en faut. Dans ce cas, les rédacteurs peuvent manquer certaines dates limites, et le rédacteur en chef devra apporter des corrections aux plans des rédacteurs.

Voir aussi >> 7 conseils d’un gestionnaire de projet pour travailler avec les clients

D’après notre expérience, la création d’un plan d’article peut prendre en moyenne 5 heures, mais le processus d’écriture peut prendre de 6 à 9 heures ou même plus longtemps (par exemple, lors de la création d’un message sauvegardé).

En tenant compte du temps moyen nécessaire pour accomplir une tâche dans votre entreprise, l’éditeur doit décider combien de tâches sont nécessaires pour remplir la journée de travail de chaque employé.

Solutions :

Confiez à votre éditeur le calcul du temps moyen d’exécution de certaines activités. Il doit savoir exactement combien de temps il faut pour créer un plan, rédiger un article, faire des corrections, publier et promouvoir un article.

Confiez à votre éditeur la distribution de la charge de travail quotidienne des rédacteurs de contenu sur la base de calculs pertinents.

Après plusieurs mois d’optimisation de notre processus de planification, nous avons réalisé à quel point il est important d’établir un lien adéquat entre nos plans mensuels et quotidiens. Sans cela, la planification quotidienne n’apportera pas de résultat positif.

Pour construire correctement le processus de planification quotidienne – et pour que nos rédacteurs produisent le plus grand nombre d’articles dans un laps de temps donné – nous faisons ce qui suit :

  • Nous créons un plan de contenu mensuel et un plan hebdomadaire et, à partir de ceux-ci, des plans quotidiens pour chaque rédacteur de contenu.
  • Nous calculons le temps moyen pour accomplir certaines tâches (rédaction, révision, etc.).
  • Nous répartissons les charges de travail quotidiennes en fonction des estimations de temps et de la durée de la journée de travail.
  • Les rédacteurs envoient des plans quotidiens par courriel pour que le rédacteur en chef les révise.
  • Les rédacteurs dressent la liste de leurs tâches quotidiennes chaque matin et fixent la « date d’échéance » et le « temps estimé » pour les tâches.
  • L’éditeur vérifie quotidiennement l’état d’exécution des tâches à l’aide de notes « fait » ou « non fait » près de chaque tâche.
  • Le rédacteur en chef fait des modifications dans les plans quotidiens des rédacteurs si les rédacteurs commencent à prendre du retard par rapport au plan hebdomadaire.